Aperçu d'un livre que j'écris.

Cette publication n'a pour but que de vous partager les premières pages d'un livre que j'écris très lentement. Comme vous vous en apercevrez assez rapidement, je m'inspire de John Bunyan en écrivant de manière allégorique. Pour moi, ce style d'écriture m'édifie énormément, puisqu'il me force à m'arrêter et à méditer. Ne faites pas attentions aux fautes d'orthographe car cela n'est que le brouillon du brouillon. N'hésitez pas à me partager vos commentaires et recommandations.



La merveilleuse histoire de Perdu


Salue à toi qui lis les premières lignes de ce livre. Si tu es prêt à m’accorder un peu de temps, je vais te raconter une histoire. Je t’avertis cependant que ce n’est pas une histoire ordinaire, car elle est à propos de « choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. »[1] Concernant ce qui s’est produit dans ces pages, un saint homme du passé à même été jusqu’à la comparée au récit extraordinaire de la création du monde.[2]


Je ne te le cacherai pas, l’histoire que je vais te raconter est en fait la mienne. C’est pourquoi il me paraît approprié de commencer par me présenter. J’ai maintenant plusieurs noms. Mon Roi me nomme Vainqueur — parce que j’ai vaincu par Celui qui m’a aimé[3] — ainsi que Colonne — parce que je serai toujours une colonne dans le Temple de mon Dieu.[4] Je possède même un nom que je ne peux t’écrire puisque personne ne le connaît, « sinon celui qui le reçoit. »[5] On me nomme de bien d’autres façons encore, mais l’un des plus précieux à mon cœur est celui de Retrouvé. Mais sache que ce n’est pas le nom que j’avais à la naissance. Avant d’être Retrouvé, j’étais Perdu. Ce nom était le mien alors même que j’étais dans le ventre de ma mère.[6] Une grande part de ce récit sera sur les évènements incroyables qui me sont arrivés afin que mon nom soit ainsi transformé.


Peut-être te demandes-tu les raisons pour lesquelles je désire te raconter cette histoire. En voici donc les principales :


1. La joie que je ressens présentement est si ineffable et glorieuse[7], que je ne puis me retenir de te partager ce qui m’arriva, dans l’espoir que tu y goutes également.


2. Comme tous ceux qui sont passés par le même chemin que moi, « nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu. »[8]


3. Si j’essayais de ne pas témoigner de l’incroyable bonté de mon Roi, « il y a dans mon cœur comme un feu dévorant qui est renfermé dans mes os. Je m’efforce de le contenir, et je ne le puis. »[9]


4. L’amour du Sauveur qui brûle dans mon cœur pour toi me presse[10] à te supplier d’écouter et de répondre à l’appel qui t’es aussi adressé.[11]


J’habite présentement dans la ville nommée Repos Céleste, et j’attends avec tous mes compagnons d’armes que la Nouvelle Jérusalem soit enfin prête « comme une épouse ornée pour son mari »[12]. Avant que je sois arrivé dans ce lieu dont le bonheur est de beaucoup meilleur à tous ce que j’ai connu auparavant[13], j’ai dû traverser toutes sortes de lieux plus pénibles les uns des autres et affronter des créatures monstrueuses. Bien des fois j’ai été excessivement chargés, au-delà de mes forces, au point que j’avais même désespéré de vivre.[14] Mais la plupart du temps, j’ai gouté à des consolations et des joies qui ont abondamment surpassé toutes détresses que j’ai vécues, parce que celui qui m’a donné le nom de Retrouvé a toujours été à mes côtés.


J’écris donc des bribes de mon histoire afin que tu saches que toi aussi tu peux être retrouvé et venir me rejoindre à Repos Céleste. J’écris également pour toi qui est déjà en route vers cette ville : il y bien des choses que mon Maître m’a enseignées lorsque j’étais encore où tu es, et qui, j’en suis persuadé, te serons aussi d’une aide précieuse. J’écris ainsi autant pour l’enfant et les jeunes gens que pour le vieillard.


Prends donc bien le temps de réfléchir aux gens que je rencontrerai, aux endroits que je visiterai, aux épreuves que j’endurerai, aux monstres que je combattrai, aux secours que j’obtiendrai et aux profondes réflexions que je partagerai. Oui, prends bien le temps de considérer « ce que je dis ; car le Seigneur te donnera de l’intelligence en toute chose. »[15]


Bonne lecture, cher lecteur.



1


Babylone



Avant d’être à Repos Céleste, j’ai habité, comme tous les autres êtres humains, à ce célèbre endroit nommé Babylone. Si tu désir bien comprendre mon récit, il te faut tout d’abord connaître quelques informations sur celui-ci.


Babylone est le nom de l’immense et unique ville du monde terrestre. Tous y naissent, et tous, sauf de rares exceptions[16], y meurent. La ville est divisée en de très nombreux quartiers dont les habitants portent le nom. Par exemple, nous y trouvons les Vantards du quartier Vantardises, les Envieux qui habitent à Envie et les Colériques dont les maisons sont à Colère. Lorsque j’y habitais encore, ma maison se situait à l’intersection qui se trouve tout juste entre les quartiers Mensonge et Hypocrisie.


Au milieu de Babylone se trouve le quartier principal se nommant Idolâtrie. Et au centre de ce quartier y sont construits deux grands bâtiments dont tu ferais bien de te rappeler : l'Usine et le Temple. C'est uniquement a partir de l’Usine, surnommé Cœur-des-hommes, que l’électricité et l’eau sont acheminées vers les différents quartiers et aux maisons.


Cette eau, dont les habitants raffolent et ne peuvent se priver, se nomme Iniquité[17]. Elle n’existe pas à Repos Céleste, pas plus qu’elle sera dans la Nouvelle Jérusalem.[18] Pour fournir sans cesse cette eau à tous les habitants de Babylone, l’Usine utilise d’énormes conduits qui s’enfoncent jusque dans l’Abîme[19], là où se trouve la première source d’eau de la ville. Je ne le savais pas à l’époque, mais cette eau, qui me paraissait pourtant succulente, est en réalité un poison amer. C’est en s’abreuvant constamment à celle-ci que tous ceux qui vivent dans la ville se rendent impure, car comme mon maître l’a si clairement enseigné : « C’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les débauches, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. »[20]


C’est de ce même Abîme qu’est puisée l’eau utilisée pour faire tourner les turbines qui produisent l’électricité nécessaire à l’éclairage de tout Babylone. Ce n’est qu’au travers de cette lumière que tous les habitants voient le Monde, la ville et toute chose. Les lampadaires dans les rues comme les luminaires dans les maisons n’utilisent que l’électricité de l’Usine. Pauvres Babyloniens ! Ils ne savent pas que cette lumière n’est qu’aveuglement et ténèbres[21], les empêchant de réellement voir ce qui est en eux tout comme ce qui est en hors d’eux. Ils ont des yeux et pourtant ils ne voient point.[22] Ils tâtonnent dans les ténèbres, et ne voient pas clair.[23]


Le Prince de Babylone, que je vais bientôt introduire avec davantage de détails, choisit méticuleusement certains employés de l’Usine pour en faire des Superviseurs, appelés aussi Conducteurs-Aveugles.[24] Leur tâche première est de constamment inventer et concevoir de nouveaux luminaires, les plus diversifiés les uns des autres, chacun d’entre-deux ayant une luminosité différente et particulière. Certains des luminaires les plus répandus sont Philosophie, Tradition, Matérialisme, Humanisme, Mysticisme, et encore beaucoup d’autres.


Il est vrai que certains de ces Superviseurs perçoivent parfois quelque chose de la Vrai Lumière qui se discerne au moyen de l’intelligence, d’après les choses créées[25] ; mais cela n’est dû qu’à la bonté de l’Éternel qui prend en pitié les Babyloniens en s’assurant que ses témoignages visibles demeurent manifestes pour eux.[26] Malheureusement, c’est aussi pour cette raison qu’ils sont inexcusables ; parce que, ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu et ne lui ont pas non plus rendu grâces, mais ils se sont égarés dans leurs raisonnements, et leur cœur privé d’intelligence a été rempli de ténèbres.[27] Souviens-toi bien d’où viennent ces Conducteurs-Aveugles, car nous en rencontrerons certains durant mon récit.

[1] 1 Corinthiens 2.9 [2] 2 Corinthiens 4.6 [3] Romains 8.37 ; Apocalypse 2.7 [4] Apocalypse 3.12 [5] Apocalypse 2.17 [6] Psaume 51.7 [7] 1 Pierre 1.8 [8] Actes 4.20 [9] Jérémie 20.9 [10] 2 Corinthiens 5.14 [11] 2 Corinthiens 5.20 [12] Apocalypse 21.2 [13] Philippiens 1.23 [14] 2 Corinthiens 1.8 [15] 2 Timothée 2.7 [16] Genèse 5.24 ; 2 Rois 2.11. [17] Job 15.16 [18] Apocalypse 21.27 [19] Psaumes 64.7 [20] Matthieu 7.21-23 [21] Matthieu 6.23 [22] Psaume 115.5 [23] Job 12.25 [24] Matthieu 23.24 [25] Romains 1.20 [26] Actes 14.17 ; Romains 1.19 [27] Romains 1.21-22 [28] Romains 9.9

Soli Deo Gloria

Vincent Lemieux

62 vues

Posts récents

Voir tout

Question ?

Archives

Abonne-toi et reçois des notifications lorsqu'un nouvel article s'ajoute ! 

Tu es maintenant abonné à mon blog ! Merci.