Aux méchants non-vaccinés : Je vous aime (et ne vous emmerde pas) !

Dernière mise à jour : 14 janv.

J’aimerais dire à la majorité des 10 % de Québécois qui sont devenus le variant diabolique du coronavirus, et à tous les Français que le président de la République emmerde, que moi, eh bien, je vous aime ! J’ai tout simplement le désir de vous le dire, parce que dans nos deux nations respectives, il semble que vous soyez de plus en plus détestés et méprisés. Ah, certes, il y a eu quelques fanatiques extrémistesqui n’ont pas aidé votre image, mais je sais bien que ce n’est quelques-uns parmi vous.

Ainsi, j’aimerais vous dire les quelques raisons pour lesquelles je vous aime tant !

1) Premièrement, je vous aime, parce que vous aussi, vous avez été créé à l’image de Dieu.


Si nous écoutons les médias, surtout ceux du Québec, nous pourrions venir à en penser que vous êtes une autre race, échappée des bas fonds du séjour des morts, qui est plus vile, plus égocentrique, plus stupide et plus perverse que le reste de la bienveillante humanité. Mais, croyez-moi, ce n’est pas le cas :

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. » (Genèse 1.27)

Je vous aime donc parce que vous reflétez quelque chose de mon Dieu. Assoyez-vous sur vos chaises et préparez-vous à entendre l’affirmation suivante : vous êtes des êtres humains à part entière, non pas des animaux ! Je le répète, il y a en vous un quelque chose d’unique - non pas un vaccin, vous comprenez - qui vous rend complètement différent de toute autre créature, visible et invisible.


Ainsi, l’âme d’un seul non-vacciné est pour moi plus précieuse que toutes les merveilles du monde prises ensemble. C’est pourquoi je vous aime, vous, les porteurs de l’image de mon Dieu.


2) Deuxièmement, je vous aime, parce que nous avons le même besoin.


Habituellement, un pauvre aura plus de compassion pour un autre pauvre, et une veuve envers une autre, que ceux qui ne partagent pas les mêmes difficultés. C’est pourquoi je t’aime, car, comme moi, tu es égaré et tu as besoin d’être retrouvé. Car, comme moi, tu es esclave du péché et tu as besoin d’être libéré. Car, comme moi, tu es un pécheur rebelle qui mérite la juste et éternelle colère de Dieu le juste Juge, et qu’ainsi, tu as besoin d’êtres réconcilier avec ce Dieu en étant pardonnés et justifiés :

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » (Romains 3.23-24)

Donc, vaccinés ou pas, nous sommes tous dans le même bourbier et nous avons tous besoin de la même solution. C’est pourquoi je t’aime, puisque nous sommes compatriotes dans une condamnation commune, en plus d’être compatriotes dans notre besoin commun du pardon et de la vie éternelle qui se trouvent seulement en Jésus Christ, "le Sauveur de tous les hommes, surtout des croyants. " (1 Timothée 4.10)


3) Troisièmement, je vous aime, parce vous êtes mon prochain.


Mon Dieu, qui est amour (1 Jean 4.8), est sans équivoque :

« Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres a accompli la loi. En effet, les commandements : Tu ne commettras point d’adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu’il peut encore y avoir se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’amour ne fait point de mal au prochain : l’amour est donc l’accomplissement de la loi. » (Romains 13.8-10)

Je t’aime donc parce que mon Dieu me dit d’aimer mon prochain. En ce moment, beaucoup semblent oublier que ce précepte n’est pas uniquement un principe chrétien, mais un absolu moraux auquel tous les hommes sont sous obligation d’obéir. Oui, Dieu nous ordonne de l’aimer, d´aimer notre frère, d’aimer notre prochain et même -tenez-vous bien- d´aimer notre ennemie.

4) Quatrièmement, je vous aime, parce que je suis né de Dieu et que je connais Dieu.

« [...] l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. » (1 Jean 4.7-8)

Je précise donc que je ne vous aime pas simplement parce que le commandement de Dieu m’ordonne de vous aimer, mais je vous aime parce que Dieu met de l’amour dans mon cœur pour vous, comme pour tous les hommes. Je ne crois pas me tromper en affirmant qu’il est plus important d’avoir en nous l’amour pour son prochain que notre prochain ait en lui Pfizer ou Moderna. Le « chrétien » qui méprise le non-vacciné invalide sa confession.


Enfin, le but n’était pas de faire un article, mais simplement de vous dire que dans le fond, je m’en fous pas mal que vous soyez vaccinés ou non, car je vous aime pour beaucoup de raisons infiniment plus importantes. Et je vous invite à aimer tous les êtres humains pour les mêmes raisons !


Vincent Lemieux

Soli Deo Gloria

111 vues

Posts récents

Voir tout

Question ?

Archives

Abonne-toi et reçois des notifications lorsqu'un nouvel article s'ajoute ! 

Tu es maintenant abonné à mon blog ! Merci.